Question
6 juillet

  • Russe
  • Français (France)
  • Allemand
  • Anglais (GB)
Question à propos de Français (France)

Est-ce que quelqu'un pourrait m'aider à corriger mes fautes dans ce texte ? 🙏

Les idées sur l'honneur et la chevalerie pouvaient être très différentes dans le monde médiéval, comme le montre cet exemple écrit par Froissart.
Les histoires médiévales contiennent souvent ce que l'on perçoit comme des digressions : cela dépend des intérêts des écrivains et leur audience. Jean Froissart (1338-1410), qui fut un historien énergétique et ambitieux, rédigea quelques digressions. Non seulement il composa le récit de la première moitié de la guerre de Cent Ans le plus détaillé, en soulignant les réalisations héroïques de ceux qui y ont combattu, mais aussi inclut beaucoup d'extraits illustrant la géographie culturelle et même la sociologie des pays impliqués dans les guerres.
On a beaucoup à apprendre des digressions de Froissart. L'une des meilleures est la description vivante de l'expédition française en Écosse, pour les continentaux, un pays exotique et peu connu. Non seulement le chroniqueur décrit le pays, mais aussi fournit un aperçu dans le concept de l’honneur — ou peut-être les deux concepts, comme il est illustré par son récit de l'alliance malheureuse du milieu du 14ème siècle.
Ce n'était pas inhabituel pour les Écossais et les Français de travailler en tandem contre les Anglais. L'Angleterre fut une menace pour chacun d'eux — avant, pendant et après la guerre de Cent Ans. Au cours des années 1350, la cour française cherchait un avantage et décida qu'il valait envoyer une expédition en Écosse.
La coopération initiale entre les alliés fut prometteuse à grâce de la compétence diplomatique du monsieur Geffroi de Charny. Cependant, après être arrivée à Édimbourg, la force française fit face aux conditions imprévues. Le roi ne fut pas présent, mais plutôt occupé à tenter d'exercer son autorité dans le Nord. Les dirigeants français durent s'occuper avec un petit groupe d'Écossais, les seuls enthousiastes par l'alliance.

Réponses
Lire plus de commentaires

  • Français (France)

  • Russe

  • Français (France)
[News] Hey you! The one learning a language!

Share this question
Est-ce que quelqu'un pourrait m'aider à corriger mes fautes dans ce texte ? 🙏

Les idées sur l'honneur et la chevalerie pouvaient être très différentes dans le monde médiéval, comme le montre cet exemple écrit par Froissart.
Les histoires médiévales contiennent souvent ce que l'on perçoit comme des digressions : cela dépend des intérêts des écrivains et leur audience. Jean Froissart (1338-1410), qui fut un historien énergétique et ambitieux, rédigea quelques digressions. Non seulement il composa le récit de la première moitié de la guerre de Cent Ans le plus détaillé, en soulignant les réalisations héroïques de ceux qui y ont combattu, mais aussi inclut beaucoup d'extraits illustrant la géographie culturelle et même la sociologie des pays impliqués dans les guerres.
On a beaucoup à apprendre des digressions de Froissart. L'une des meilleures est la description vivante de l'expédition française en Écosse, pour les continentaux, un pays exotique et peu connu. Non seulement le chroniqueur décrit le pays, mais aussi fournit un aperçu dans le concept de l’honneur — ou peut-être les deux concepts, comme il est illustré par son récit de l'alliance malheureuse du milieu du 14ème siècle. 
Ce n'était pas inhabituel pour les Écossais et les Français de travailler en tandem contre les Anglais. L'Angleterre fut une menace pour chacun d'eux — avant, pendant et après la guerre de Cent Ans. Au cours des années 1350, la cour française cherchait un avantage et décida qu'il valait envoyer une expédition en Écosse.
La coopération initiale entre les alliés fut prometteuse à grâce de la compétence diplomatique du monsieur Geffroi de Charny. Cependant, après être arrivée à Édimbourg, la force française fit face aux conditions imprévues. Le roi ne fut pas présent, mais plutôt occupé à tenter d'exercer son autorité dans le Nord. Les dirigeants français durent s'occuper avec un petit groupe d'Écossais, les seuls enthousiastes par l'alliance.
Questions Recommandées
Topic Questions
Nouvelles Questions
Previous question/ Next question